Défibrillateur

  • Défibrillateur 0
  • Défibrillateur img3256-77dbd
  • Suivant
  • Precedent
  • Vignette 0
  • Vignette img3256-77dbd

Le défibrillateur : pour sauver toujours plus de vies

La commune s’est équipée d’un nouveau défibrillateur automatique externe (DAE). C’est le troisième installé sur le territoire communal. La mort subite par arrêt cardiaque est un véritable enjeu de santé publique. Selon la Fédération française de cardiologie, chaque année en France, 50 000 personnes décèdent d’un arrêt cardiaque (hors milieu hospitalier), soit quelque 130 décès cardiaques par jour. Or, on estime qu’un tiers des décès pourraient être évités grâce à la formation aux premiers secours, à la pratique du massage cardiaque et à l’utilisation du défibrillateur.

Encourager l’installation de défibrillateurs

La municipalité a répondu à l’appel à projet lancé par la Fondation CNP Assurances « arrêt cardiaque et premiers secours » portant sur la mise à disposition du public de défibrillateurs automatisés externes (DAE). Il s’agit d’une aide au financement de l’achat de défibrillateurs et d’un accompagnement pour des actions d’information et de sensibilisation à leur utilisation. Promouvoir l’installation des défibrillateurs et sensibiliser la population aux gestes de premiers secours est une priorité pour la Fondation CNP Assurances. Son ambition est de soutenir les communes de France qui souhaitent installer des défibrillateurs dans les lieux publics et sensibiliser le plus grand nombre aux gestes de premiers secours dans une démarche citoyenne afin de sauver des vies.

Trois défibrillateurs sur Quessoy

Ce troisième défibrillateur se situe, Place du Pilori, à l’Hôpital, sur la façade du restaurant scolaire. Les deux autres DAE se trouvent au stade municipal, sur le mur des vestiaires et au complexe associatif et culturel, sur le mur de la salle Dolmen. Ils ont tous les trois accessibles 24/24 et 7 jours/7. Les sites retenus pour l’emplacement des DAE répondent au moins à l’un des trois critères : accessibilité des secours ; sites, lieux de passage fréquentés ; lieux où le risque de mort subite est le plus important.

Une formation pour informer et sensibiliser

Une formation à la réanimation cardio-pulmonaire et à l’utilisation du défibrillateur a eu lieu mercredi le 09 septembre dernier à la mairie. Cette formation d’une durée d’1h30 était adressée aux associations et aux agents communaux. C’est M. Olivier Cadiou, président du centre départemental de formation FNMNS (Fédération nationale des métiers de la natation et du sport), qui a assuré cette initiation à l’utilisation du défibrillateur. L’objectif était pouvoir de détecter un malaise, de faire face à l’urgence cardiaque et d’utiliser le défibrillateur.

Les trois gestes qui peuvent sauver une vie

Le taux de survie suite à un arrêt cardiaque est faible, entre 2 et 3 %. Il faut intervenir extrêmement vite : chaque minute qui passe réduit le taux de survie de 10 %. Quelques gestes simples peuvent permettre d’augmenter ses chances de survie, ce sont les gestes qui sauvent : Appeler le 15 (SAMU) pour prévenir les secours. Masser : Pratiquer un massage cardiaque. Défibriller le cœur à l’aide d’un défibrillateur automatisé externe. Le défibrillateur automatisé externe peut être utilisé par tout témoin d’un arrêt cardiaque. Cela permet d’attendre les secours et de gagner du temps. Il se compose de 2 électrodes collantes à disposer sur la poitrine de la victime. Le défibrillateur donne les instructions oralement pour son utilisation. La décision de l’opportunité de la délivrance du choc électrique est prise par l’appareil qui dicte toutes les instructions à suivre pour son utilisation. Les réglages de l’appareil sont verrouillés, il ne peut pas être mal utilisé.

Le taux de survie suite à un arrêt cardiaque atteint 40 % dans certains pays européens où la population est mieux formée aux gestes qui sauvent et les lieux publics davantage équipés en défibrillateurs automatisés externes (DAE).
Une intervention rapide favorisée par la connaissance des gestes de premiers secours et l’utilisation d’un défibrillateur permettrait de sauver 5 000 à 10 000 vies chaque année.